Waw magazine

Waw magazine

Menu
© Raphael Libois

ON DIRAIT LE SUD… Créativité made in Ardenne

  • Business
  • / Dossier
  • / Économie
  • / Innovation
Luxembourg  / Transinne

Par Laurence Cordonnier

Territoire rural et touristique par excellence, le Luxembourg belge n’en est pas moins un vivier de créativité. En complément du secteur traditionnel, cette inventivité multiforme peut aujourd’hui capitaliser sur la digitalisation pour acquérir ses lettres de noblesse au-delà même des frontières de la verte province. Une autre vision de nos Ardennes.


Sous la masse d’initiatives en la matière, il est difficile de rendre compte en quelques pages de la totalité des acteurs qui sculptent les contours de cette créativité made in Ardenne. Vous voulez déjà un scoop ? La créativité est partout…


 

Creative people from South Wallonia

« Une des contraintes liées au territoire est d’être isolé, donc on n’a pas d’autre choix que de se faire remarquer, de créer de nouvelles choses. C’est tellement facile de partir sur les grands centres urbains comme Liège, Namur ou Luxembourg. Le positionnement géographique du territoire fait qu’il doit être créatif pour ne pas être oublié. La créativité est surtout un excellent moteur de développement. ». Julie Hotton, coordinatrice du Green Hub, l’un des sept hubs créatifs wallons, partage cette vision avec la quinzaine de partenaires publics et privés du projet. Elle se félicite d’ailleurs de cette mixité dans le soutien du projet. « Quand on parle créativité, ce n’est pas toujours bien vu. Souvent, on pense qu’on va faire le clown, qu’on va « jouer ». Pour nous, la créativité en entreprise est un outil pour l’innovation et le développement du territoire. ». Le Green Hub dont le leitmotiv est « We are creative people from South Wallonia », est un outil à la disposition de tous les entrepreneurs et porteurs de projets sensibles aux notions de créativité et d’innovation.

www.green-hub.be



Luxembourg Creative

Une autre organisation clame haut et fort le caractère créatif de la province : Luxembourg Creative. Cette initiative a vu le jour sous l’impulsion de l’Université de Liège par l’entremise de son interface vers les entreprises. Basée sur le Campus Environnement d’Arlon, elle compte Idelux, la Chambre de Commerce du Luxembourg belge ou encore l’entreprise privée spécialisée en événementiel, le WEX de Marcheen-Famenne, parmi ses fervents supporters.

Chaque mois, Luxembourg Creative propose des conférences visant à rassembler, autour d’un lunch convivial, les acteurs de l’innovation et de la créativité. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les sujets qui y sont abordés sont variés : jeu vidéo, hydroélectricité, archéorestaurant, le bien-vieillir comme opportunité d’innovation… Rafraîchissant et résolument optimiste, la tribune de Luxembourg Creative s’adresse aux professionnels curieux et désireux d’élargir leur réseau.

Vanessa Hansen, coordinatrice de Luxembourg Creative, se réjouit du dynamisme entrepreneurial de la verte province. « Le Luxembourg belge est un territoire étendu et dispersé… et pourtant il n’a pas à rougir du nombre d’entreprises présentes en son sein. Si l’on met en relation le nombre de sociétés avec la densité de la population, la moyenne de la province est d’ailleurs supérieure à celle de l’ensemble de la Wallonie ! La répartition géographique est peut-être paradoxalement moteur de dynamiques créatives parmi ses habitants, et le sentiment d’isolement de certains acteurs peut peut-être justement renforcer l’envie de collaborer, de développer des projets créatifs. ». 

www.luxembourgcreative.be


 

Gare !

Récent lauréat du Prix du Public de la Fondation Mady Andrien dont la mission est de soutenir la culture, le projet Gare! s’illustre par son audace. Au cœur de ce que l’Ardenne verte propose de plus typique, Gare! prend ses quartiers dans… l’ancienne gare de Poix-Saint-Hubert ! Celle-ci se métamorphose en un tiers-lieu associant un espace d’événements et de travail partagé, un lieu de résidence d’artistes et une salle de spectacle polyvalente.

Le tiers-lieu est un espace de rencontre entre personnes et compétences variées qui n’ont pas forcément vocation à se croiser. C’est en ce potentiel de rencontres improbables que ce genre de lieu contribue au foisonnement créatif. Il est ici question d’innovation sociale. La fondatrice de Gare!, Aude Piette, également patronne des Gamines (cf WAW 32), porte le projet à bras le corps et s’entoure des meilleurs experts en marketing territorial. C’est d’ailleurs lors d’une conférence organisée par Luxembourg Creative qu’Aude a rencontré l’un de ses partenaires. Cercle vertueux donc, les initiatives liées à la créativité et l’innovation se complètent et se renforcent les unes les autres ! La créativité, c’est aussi et avant tout entrer dans un mode collaboratif permanent.

www.gare.space


 

 Des Midweeks en Ardenne

Midweeks.net, c’est une offre d’hébergements disponibles uniquement du lundi au vendredi. Partant du constat que les établissements hôteliers sont déserts en semaine, Benoît Dessaucy a créé une plateforme de réservation en ligne pour les amoureux de nature, de tranquillité et… de surprises ! Parmi les avantages proposés aux clients « midweeks », bouteille de bière locale, cocktail de bienvenue, visite guidée ou même… mini-concert exclusif dans la chambre ! La créativité est partout. Les amateurs de bons plans apprécieront surtout les prix plus intéressants de ces séjours « midweeks » de cinq jours et quatre nuits en semaine. Retour sur la genèse de ce projet insolite !

Geek dans l’âme, Benoît Dessaucy participe volontiers à des hackatons et autres événements rassemblant des équipes de développeurs qui ne se connaissent pas au départ, autour d’un projet à construire en l’espace de quelques jours. C’est lors du hackaton des Ardennes, Hackardennes, consacré au e-tourisme, que le projet Midweeks a été imaginé. « Depuis deux ans, je participe à ce genre de week-ends où je m’amuse particulièrement. Développeurs, graphistes, profils marketing ou business, tous se rassemblent pour former des équipes autour d’une idée. Il y a de l’énergie, de la créativité, de belles rencontres… C’est surtout le challenge de coder et développer un projet en moins de 48 heures, en dormant peu ou pas. Chaque projet est challengé par des coaches et est sanctionné au final par un jury. C’est l’occasion d’explorer et de tester des idées. J’y apprends personnellement beaucoup et ça me sert dans ma vie professionnelle. Je recommande ces événements à tous ceux qui veulent bouger les lignes grâce au digital. » 

www.midweeks.net


So fashion !

La Lux Fashion Week, c’est 1000 places vendues en 15 minutes. Les designers de mode du Luxembourg belge ont la cote. Depuis deux ans, à l’automne, la ville d’Arlon se met au diapason de cette grande fête consacrée aux créateurs locaux. Partant de la volonté d’offrir aux stylistes talentueux de la province une tribune de visibilité pour leurs créations, la Lux Fashion Week voit le jour en 2015 sous l’impulsion de l’Avenir du Luxembourg, en partenariat avec la Province de Luxembourg et la Ville d’Arlon.

Le lieu du show a été choisi pour son contraste par rapport au glamour de l’univers de la mode : les anciens ateliers SNCB de Stockem. On y réparait des trains. Ce sont, le temps d’un défilé jamais vu dans la région, 300 artistes, créateurs, modèles, coiffeurs, maquilleurs et habilleurs qui s’affairent pour faire pétiller les yeux des 1300 spectateurs du show.

Françoise Lutgen, représentant la Province de Luxembourg au sein du comité d’organisation, souligne les nombreuses connexions que l’événement génère entre commerçants, créateurs, écoles, artisans, institutions et monde associatif. Durant 10 jours, chaque année, le cœur d’Arlon bat au rythme de la Lux Fashion Week.

www.luxfashionweek.be


@ www.tuzzit.com

TUZZit

En wallon, « tuser » signifie réfléchir à une idée. C’est justement en réfléchissant ensemble qu’une joyeuse équipe hyperactive et passionnée d’entrepreneuriat et de technologies a créé cette plateforme en ligne permettant de collaborer, de résoudre des problèmes et d’échanger des idées. Échanger, mais pas n’importe comment ! TUZZit, c’est avant tout des outils créatifs et visuels qui permettent de simplifier et de rendre plus convivial le travail à distance, réalité pour beaucoup de travailleurs.

Du Business Model Canvas à la méthode des 6 chapeaux d’Edward De Bono, technique très souvent utilisée pour stimuler la créativité, l’entrepreneur aura le choix des outils. Ceux-ci permettent d’investiguer en profondeur des questions business, mais également de se positionner à titre personnel face à ces questions.

www.tuzzit.com


© Ressources Naturelles Développement

Quand les ingés s’amusent…

En matière d’idées créatives, les ingénieurs ne sont pas en reste. En témoigne le « Challenge Bois », organisé depuis deux ans par Ressources Naturelles Développement (RND), asbl de promotion du bois et de la pierre, basée en province de Luxembourg.

Frédéric Castaings, responsable « forêt-bois », raconte. « L’idée est née d’une envie de promouvoir l’image de la filière bois, d’y adjoindre une dimension d’innovation et de séduire un public jeune. ». Après une rencontre, un peu par hasard, avec l’Université de Liège, Wood to the Floche voit le jour. Wood to the Floche ? Ne cherchez pas trop loin. La floche, et bien, c’est une floche. Exactement comme celle que l’on peut attraper sur les manèges de la foire. À la différence près que celle-ci se situe à 6 m de hauteur et qu’elle constitue le vif d’or d’un concours d’ingénieurs créatifs !

En 2016, en plein cœur du salon Batimoi au WEX de Marche-en-Famenne, 10 équipes de 3 étudiants rivalisent d’ingéniosité pour atteindre la floche en 24 heures : 6 m de hauteur avec une partie de 4 m au-dessus du vide. Le défi se situe à plusieurs niveaux : réussir à concevoir une structure suffisamment solide, effectuer la réalisation la moins coûteuse, optimiser son design et… attraper cette fameuse floche !

Vu l’afflux de visiteurs autour des constructions durant le salon, on peut constater que c’est mission réussie pour l’équipe de RND. S’il restait un peu de poussière sur l’image de la filière bois, elle s’est envolée aussi certainement que les étudiants se sont élevés vers la floche !

Une seconde édition du Challenge s’est donc déroulée début 2017, embarquant dans l’aventure 3 équipes d’étudiants de l’HELMo aux côtés des équipes de l’ULg (Université de Liège). Le thème était « Woody wood poker ». Cette fois, il s’agissait de construire une passerelle de 8 m de long avec un budget de 150 € et de miser, comme au poker, sur sa résistance au poids. Stratégie et suspense ! Frédéric Castaings est épaté par la diversité des réalisations. « Avec une enveloppe de 150 €, les approches sont fondamentalement différentes, c’est admirable ! Il n’y a pas de moule commun, on est loin de la pensée unique. La jeunesse s’exprime, elle innove, elle s’amuse avec le bois. ». On imagine aisément qu’un nouveau défi sera proposé l’an prochain. Woodstock, Woody Allen ou peut-être Robin Wood ? Quelle sera cette fois l’inspiration des organisateurs ? 

www.rnd.be


Tourisme, forêt et innovation

Un concours original pour promouvoir les activités récréatives en forêt a récemment été lancé par l’asbl Ressources Naturelles Développement sous l’impulsion du député provincial à l’Économie, au Tourisme et aux Ressources Naturelles de la Province de Luxembourg. Une idée créative pour valoriser les forêts au moyen de l’intelligence collective des habitants du territoire. « 15 projets ont été rendus par des professionnels du tourisme, de la forêt mais également par des organisations de pédagogie et de sensibilisation à l’environnement. Vu la qualité de ces projets, ils ont tous été repris dans un “livre blanc”. Ils seront concrétisés, nous l’espérons, en fonction des financements disponibles », se réjouit Marie-Caroline Detroz, manager « forêt-territoire ».

Sculpture, rando-bivouac, peinture en forêt, valorisation des légendes… Parmi les propositions rendues, la première qui sera mise en œuvre s’appelle La forêt, un e-regard pluriel. Il s’agit de permettre des balades à la carte grâce aux nouvelles technologies. Ce projet, porté par le syndicat d’initiative de Vielsalm, offre l’avantage d’être facilement transposable à tous les massifs forestiers sans nécessiter d’équipement spécifique.

La Newsletter

Your opinion counts