Waw magazine

Waw magazine

Menu
© WBT - David Samyn

LACS DE L'EAU D'HEURE - Les vélos, nouvelle vitrine des Lacs de l’Eau d’Heure

  • Dossier
 / Froidchapelle – Hainaut et Cerfontaine – Namur

Par Christian Sonon

Il est loin le temps où la vallée de l’Eau d’Heure a été inondée afin de créer des lacs et réguler le niveau de la Sambre.

Trente-cinq années plus tard, avec un million de visiteurs par an, le site est devenu la première station touristique de Wallonie.

Et il ne cesse de diversifier ses activités, comme en témoigne encore le Bike Park qui sera inauguré au printemps.

 

L’Aquacentre en 2015, le Bike Park en 2016… On croyait que les Lacs de l’Eau d’Heure avaient atteint un cap en 2010 quand le site a été sacré « Destination Européenne d’Excellence », mais depuis, il n’a cessé d’attirer les investisseurs privés et d’étoffer son panel d’activités à l’attention des touristes. Ce qui ravit évidemment Vincent Lemercinier, Directeur Général de l’ASBL Les Lacs de l’Eau d’Heure.

 
©Catherine Bruillaux

Quelles ont été les principales étapes de cette nouvelle phase de croissance ?

Vincent LemercinierCelle-ci a démarré en 2012 avec le village forestier, le Natura Parc, dont l’exploitation a été confiée à Alsace Aventure. L’été dernier, nous avons terminé la requalification de l’Aquacentre, qui datait de la fin des années 1990 et qui méritait un petit coup de renouveau afin de répondre aux nouvelles attentes du public et diminuer son coût énergétique. Il a été complété par un nouvel investissement, à savoir le centre de balnéothérapie et de bien-être. L’an dernier, notre offre sportive a également été complétée par une halle polyvalente dont la gestion a été confiée à l’Adeps. Enfin, au printemps, nous allons inaugurer le Bike Park qui sera la vitrine des Lacs dans toutes les disciplines du cyclisme. D’autres projets sont en phase de finalisation : le centre équestre, le golf de 9 trous et son académie, le centre de séminaire…

 

Et le financement ?

V.L.Tous ces investissements ont pu être réalisés via une enveloppe européenne de 9 200 000 €. La date butoir de cette programmation étant le 31 décembre 2015, ce sont des financements publics wallons qui ont pris le relais pour la finalisation des projets, notamment pour le centre équestre, l’Aquacentre, le Bike Park et le golf. La halle polyvalente sportive, elle, a bénéficié du concours financier de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’aménagement intérieur. Quant au centre de séminaire, il sera réalisé via un partenariat public-privé avec le groupe Lamy qui a pris en charge, sur le même site, la construction d’un hôtel qui devrait entrer en exploitation la saison prochaine.

 

Les investisseurs privés sont de plus en plus nombreux. Qu’est-ce qui les attire aux Lacs de l’Eau d’Heure ?

V.L.Ils ont été progressivement mis en confiance par la diversité et le niveau des investissements publics qui visaient précisément à développer les infrastructures de base afin de mettre le site en condition pour les attirer. La mayonnaise a pris puisqu’aujourd’hui, si l’on se penche sur la manne globale investie depuis 15 ans, on constate que 40 000 000 € ont été investis par les pouvoirs publics et près de 200 000 000 € par le privé. Un rapport d’environ un à cinq ! Ces investissements privés concernent bien sûr les attractions, comme le Crocodile Rouge, l’Aqua-Golf, le Laser Game, le Spin Cablepark (le téléski nautique), le Centre de délassement de Falemprise et l’Espace Fun (kayak, paddle et planche à voile), mais également l’hébergement. C’est d’ailleurs depuis l’inauguration du premier village de vacances, en 2003, que les partenariats public-privé se sont multipliés. Pour que de tels villages voient le jour, ce ne sont pas seulement les investisseurs que nous devions attirer en développant nos activités, mais également les utilisateurs. Et pour réussir cette double attractivité, il est impératif non seulement d’étoffer notre offre, mais également de la lisser sur toute l’année, y compris durant la basse saison, comme nous venons de le faire notamment avec le wellness et le centre de séminaires.

 

Celui qui acquiert une villa aux Lacs de l’Heure est-il obligé de la louer ? Il ne peut pas y habiter ?

V.L.Pour proposer des logements aux touristes, il faut éviter qu’un habitat permanent ne se forme sur le site. C’est pourquoi l’acte d’achat spécifie que l’acquéreur garde la nue-propriété de sa villa, mais cède la gestion de l’usufruit à une société d’exploitation dont la mission est de la louer durant le plus de nuitées possible. Les biens achetés dans ces villages sont ainsi mis dans un système locatif à des fins touristiques. Bien sûr, le propriétaire a le droit d’occuper son bien pendant une période définie.

 

Où en est l’offre d’hébergement aujourd’hui ?

V.L.Le Landal Village et ses 231 maisons, pouvant loger entre quatre et dix personnes, sont en location depuis de nombreuses années. Le Golden Lakes Village, financé, construit et géré par le Groupe Lamy (Nessonvaux) sur une superficie de 20 ha, est presque à la moitié du chemin puisqu’un peu plus de 100 villas sur les 250 prévues sont mises à disposition des touristes. Afin de diversifier l’offre et attirer une autre clientèle, le même groupe, comme je l’ai dit, a débuté la construction d’une résidence hôtelière d’une capacité de 92 appartements qui sera couplée avec le centre de séminaires. La société Forest Lodge (Nivelles), propose également, à la Clairière du Lac, 84 chalets faisant office d’habitat léger de loisirs, tandis que la Résidence « Les Joséphines » offre depuis une dizaine d’années 60 appartements. À cela s’ajoutent les hébergements de groupes au centre Adeps « Le Cierneau » et au Sleepin’Spin (téléski nautique). À terme, l’objectif est d’offrir sur le site une capacité totale d’hébergement de 5000 à 6000 lits. Ce qui fera des Lacs de l’Eau d’Heure une station touristique de niveau international.

 
©Golden Lakes Village
 

Grâce à ces formules d’hébergement de plus en plus diversifiées, peut-on dire que le tourisme de séjour a désormais pris l’ascendant sur le tourisme d’un jour ?

V.L.Le site accueille un million de visiteurs par an. Parmi ceux-ci, les touristes d’un jour, qui résident dans un rayon d’une septantaine de kilomètres autour des lacs, sont encore légèrement majoritaires. Mais le tourisme de séjour évolue constamment avec la diversité de l’offre. En 2014, nous avons ainsi compté 200 000 nuitées. Ces visiteurs viennent d’abord des Pays-Bas, ensuite de Flandre, d’Allemagne, de France et de Bruxelles. Il y a moins de Wallons, ce qui est logique puisqu’ils habitent plus près, mais ils sont malgré tout de plus en plus nombreux à se muer en touristes de séjour le temps d’un week-end.

 

Quelles sont vos activités phares ?

V.L.En termes d’attractivité, ce sont les activités de pleine nature, c’est-à-dire les promenades à pied et à vélo ainsi que le parcours acrobatique forestier Natura Parc, qui arrivent en tête, suivies des activités nautiques. Nos lacs étant les plus grands plans d’eau fermés de Belgique, ils attirent tant les amateurs de voile, que de planche à voile, de kayak, de jet-ski et de ski nautique. Pas moins de cinq clubs nautiques sont d’ailleurs établis sur ses rives, sans oublier l’Espace Fun et le centre Adeps du Cierneau qui est dédicacé à la voile.

 

www.lacsdeleaudheure.be


 

GESTION ENVIRONNEMENTALE

Reconnaissants à la nature d’être la source de leur attractivité, les Lacs de l’Eau d’Heure portent une attention toute particulière à la gestion du site. C’est ainsi que celle-ci doit intégrer tous les aspects environnementaux, tels que l’aménagement du territoire, le maintien de la qualité des eaux, la politique de gestion des déchets, la conservation de la nature, la lutte contre les espèces invasives, la politique énergétique, les transports écologiques, les codes de bonnes pratiques environnementales et les labels environnementaux.


 

LE SITE EN QUELQUES DATES

1974 — Création des barrages

1981 — Remplissage des lacs

1994 — Projet de réalisation d’une station touristique

2000 — Ouverture de l’Aquacentre

2003 — Apparition du tourisme de séjour

2012 — Ouverture du Natura Parc

2016 — Inauguration du Bike Park


 

LE SITE EN QUELQUES CHIFFRES
1800 ha
Les 5 lacs s'étendent sur 1800 ha au total (600 ha d’eau, 600 ha de forêts, 600 ha de prairies). Sur les 70 km de berges, est proposée une trentaine d’activités (détente et nature, eau, famille, moteur et 350 km de balades balisées).

 

1000 k
On estime à un million le nombre annuel de visiteurs, dont 135.000 à l’Aquacentre. On dénombre 200 000 nuitées en 2014, dont 45 % du fait des Belges et 50 % des Néerlandais. 400 maisons de vacances sont déjà achetées par des propriétaires privés sur le site et 90 chambres d’hôtel prévues.

 

9200 k
Les investissements européens depuis 2010 s'élèvent à 9 200 000 €. Pour 1 € investi par les fonds publics, 4,60 € sont investis par les partenaires privés.

 

300
300 emplois indirects

 

La Newsletter

Your opinion counts