Waw magazine

Waw magazine

Menu

Le Clos de la Fontaine

  • Gîtes de Wallonie
  • / Chambres d’hôtes et gîte
Luxembourg  / Chéoux

Par Christian Sonon

Un séjour dans une ferme à colombages

Admirablement situé, touristiquement parlant, entre La Roche et Durbuy, Rendeux est un lieu de séjour très apprécié par tous ceux et celles qui recherchent le calme en voulant profiter d’une nature aux formes vallonnées très diversifiées. Pour preuve, la moitié des habitations de cette commune ardennaise sillonnée par l’Ourthe sont des secondes résidences, voire des gîtes et chambres d’hôtes comme ceux que proposent Benoît et Dominique Daco, à Chéoux.

C’est dans une ferme double – elle présente deux corps de logis disposés de part et d’autre de deux étables – du XIXe  siècle, à l’ombre de l’élégante église Sainte-Gengulphe, que le couple, fils et fille d’agriculteurs « du pays », a aménagé ces havres de paix avec beaucoup de goût et de savoir-faire. « Je m’étais déjà occupée, au début des années nonante, de l’aménagement et de la gestion d’un gîte à la ferme avec mes parents, explique Dominique. Lorsque mon mari et moi, nous avons trouvé cette ancienne ferme en colombages, l’idée de la transformer complètement pour accueillir des touristes s’est imposée d’elle-même car l’ensemble était trop spacieux pour nous et nos trois enfants. »

Le bois pour chasser le béton

La vieille bâtisse, qui figure dans le livre « Patrimoine monumental de la Belgique » consacré à la région, ayant malheureusement été partiellement réaménagée à grands renforts de béton par de précédents propriétaires, le couple a dû s’employer pour lui faire retrouver son charme d’antan. « Il nous a fallu dix années pour rénover complètement le bâtiment. Nous avons préféré prendre notre temps afin de trouver les matériaux qui seyaient le mieux pour les encadrements de fenêtres, les carrelages et les boiseries », explique Benoît, en montrant le magnifique pavement, les poutres en bois et la large cheminée en pierres qui ont contribué à transformer l’ancienne étable en chaleureuse salle d’accueil où ses hôtes se retrouvent pour prendre un petit déjeuner composé de produits du terroir, parmi lesquels les confitures et pâtisseries préparées par Dominique. « Lorsque nous avons ouvert nos premières chambres, au début des années 2000, je proposais également des tables d’hôtes, explique la maîtresse de maison. J’avais en effet suivi des cours à l’école hôtelière de Manhay, mais j’ai préféré renoncer car ce n’était guère aisé à gérer, surtout quand on a des enfants. Il faut savoir se limiter. »

Un crapaud dans la cuisine

Aujourd’hui, le couple propose cinq chambres d’hôtes, dont trois dans la ferme elle-même et deux dans l’ancienne petite grange, à colombages également, située en face de celle-ci. Quant au gîte « L’ancienne demeure », il a été aménagé sur trois étages dans l’un des corps de logis – les propriétaires habitent l’autre – et peut accueillir huit à dix personnes dans quatre chambres baptisées « Grenier du nord », « Grenier du sud », « Les lilas » et « Sous les cloches », cette dernière renvoyant bien sûr à l’église voisine. Chacune d’elles, comme les chambres d’hôtes, possède sa propre salle de bain et a été meublée avec un mobilier rustique déniché ci et là qui leur donne un air très cosy. Les couleurs sont gaies, le bois omniprésent, des planchers aux charpentes. « Nous avons apporté autant de soins à l’aménagement et à la décoration que si c’était pour nous, lance le propriétaire. Parfois, nous sommes tombés sur des pièces rares, comme ce "crapaud" ou "plate-buse" que nous avons installé dans la cuisine du gîte. » Ce disant, il montre l’un de ces curieux poêles massifs dont nos grands-parents se servaient pour chauffer les marmites et cafetières. Encore un témoin de la vie – et de la chaleur – d’hier… 

Des jardins en paliers

Mais si le « Clos de la Fontaine » a été gratifié de quatre épis par le Commissariat général au Tourisme, ce n’est pas uniquement grâce aux soins apportés aux chambres et au cachet ancien préservé de la demeure, avec ses murs en gros moellons, ses pignons à colombages et son toit en ardoises. Benoît et Dominique ont également consacré beaucoup de temps à aménager l’extérieur. La vaste terrasse dallée côté sud, les jardins en paliers garni de transats, le potager, les enclos à poules, lapins et chèvres délimités par des barrières en bouleau, la prairie où se côtoient deux poneys et un âne, la plaine de jeux… tout cela contribue au confort et au bien-être des vacanciers de passage, parmi lesquels beaucoup de Flamands, mais également des francophones et des Néerlandais. « Ils viennent en général pour deux nuits dans le but de se promener aux alentours et de découvrir un bon restaurant en soirée », explique Dominique. Et d’ajouter : « Ce n’est pas ça qui manque à Rendeux ! »

 

Gîte & chambres d’hôtes « Le Clos de la Fontaine »

Rue de la Fontaine 2

B-6987 Chéoux (Rendeux)

+32 (0)84 47 77 01 ou +32 (0)478 28 74 18

info@leclosdelafontaine.be

www.leclosdelafontaine.be

 

À VOIR, À FAIRE

La chocolaterie Defroidmont

Si de nombreuses promenades balisées guideront les pas des marcheurs dans les bois environnants, comme cette balade vers la chapelle Saint-Thibault qui surplombe l’Ourthe près de Marcourt, les hôtes du « Clos de la Fontaine » pourront aussi aller à la découverte des nombreuses curiosités et attractions touristiques qu’offre la région. Les grottes de Hotton, le parc Chlorophylle de Dochamps (Manhay), les très beaux villages de Wéris et Ny, ainsi bien sûr que la petite ville de Durbuy, figurent en bonne place parmi celles-ci. « Mais nous avons un petit faible pour la chocolaterie Defroidmont, à Erezée, avouent Benoît et Dominique Daco. Quarante minutes de visite guidée entre pralines, pâtes à tartiner et barres de chocolat... Il y en a pour toute la famille et… pour tous les goûts ! »

 

Avec le soutien du Commissariat Général au Tourisme

 

En collaboration avec : 

Photos

Visionner la galerie "Le Clos de la Fontaine"

La Newsletter

Your opinion counts