Waw magazine

Waw magazine

Menu
© Doc Physiol

PHYSIOL - Plein la vue !

  • Business
  • / Innovation
Liège  / Angleur

Par Marc Vanel

Depuis 30 ans, la spin-off PhysIOL propose des solutions innovantes dans le domaine des implants oculaires développées en partenariat avec des chirurgiens et en collaboration étroite avec des universités et centres de recherche spécialisés. Une véritable réussite qui ouvre les marchés scandinaves !

Principale cause des troubles de la vue dans le monde, la cataracte est une affection dont la prévalence augmente avec l’âge. Elle survient surtout après 65 ans. On estime qu’elle touche en Belgique un senior sur dix. Connue depuis l’Antiquité, la cataracte se caractérise par une opacification du cristallin situé à l’arrière de notre pupille empêchant ainsi la bonne convergence des rayons lumineux sur la rétine. À terme, le cristallin durcit et noircit, provoquant une altération générale de la vue, voire la perte totale de celle-ci.

De nombreux chercheurs ont planché sur la guérison de cette maladie, mais ce sont les travaux de l’ophtalmologue anglais Sir Harold Ridley (1906-2001) qui ont ouvert la voie dans les années 1950. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il constata en effet que les pilotes touchés aux yeux par des éclats en plexiglas de leur cockpit ne rejetaient pas ce matériau et que la matière était donc biocompatible. Il développe alors un nouveau type de lentille destinée à remplacer le cristallin et effectua la première implantation de lentilles en plexiglas en 1949. Il passe les vingt années suivantes à tenter de réduire les effets secondaires de ces implants, et ses travaux sont couronnés de succès. Les progrès techniques, dont l’arrivée du laser, permettent ensuite d’affiner le produit et d’éviter les complications.

En 1986, à l’Université de Liège, le professeur de physique Michel Delmelle lance la spin-off PhysIOL, spécialisée dans le domaine de la chirurgie de l’œil. Son idée ? Concevoir, fabriquer et distribuer des implants intraoculaires en matière acrylique pour soigner la cataracte. Le savoir-faire de PhysIOL couvre rapidement toutes les étapes de développement et de fabrication des lentilles intraoculaires. Il s’étend de la chimie des polymères jusqu’aux procédés de stérilisation, en passant par la modélisation et le contrôle des risques associés aux matériaux implantables.

Trifocal

Onze ans plus tard, la spin-off est rachetée au professeur Delmelle par l’ingénieur Marc Nolet alors que les premières relations internationales démarrent, notamment avec la Turquie. L’équipe de l’époque est constituée d’une douzaine de personnes et produit un millier d’implants mono- focaux par mois.

En 2002, Christophe Pagnoulle, spécialisé dans la chimie des polymères, arrive à la tête du département R&D de PhysIOL. Celui-ci va apporter des améliorations importantes en termes de matériau, d’amélioration optique ainsi qu’en « injectabilité » de l’implant. Le coup d’accélérateur au développement de la société va être donné en 2010 avec la mise au point d’une lentille à triple foyer qui permet de se passer totalement de lunettes et d’avoir une vue correcte à toutes les distances, y compris devant un livre ou un ordinateur. Sans crainte de récidive !

Le principe est simple : une lentille intraoculaire en acrylique souple est roulée dans une capsule d’injection introduite par une seringue directement dans la capsule évidée du cristallin de l’œil du patient, elle se déploie et se fixe. Cela a l’air simple, mais le procédé a nécessité des années de recherche, d’inventions et de brevets. Notamment en collaboration avec le Centre spatial liégeois (CSL) et Lambda-X, une société nivelloise spécialisée dans la conception de systèmes optiques.


MYOPE, PRESBYTE OU ASTIGMATE ?   
La myopie est un trouble de la vision où la perception d’un objet éloigné est floue. Le myope voit donc moins bien de loin que de près. Au contraire, la presbytie est un trouble de la vision qui rend difficile la focalisation de la vision pour lire ou travailler de près. Elle survient lors du vieillissement normal de l’œil, et plus précisément du cristallin qui se sclérose en durcissant. Le phénomène touche une large part de la population à partir de la quarantaine. L’astigmatisme est une anomalie de courbure de la cornée et du cristallin, celle-ci n’est plus sphérique comme elle devrait l’être mais légèrement ovale, un peu comme un ballon de rugby. Les rayons lumineux ne sont pas véhiculés correctement, ce qui provoque une déformation de l’image et une vision brouillée, imprécise à toutes les distances. Les lignes verticales ou horizontales ou obliques se confondent et certaines lettres proches sont confondues.


Croissance à vue d’œil

Parallèlement à cet implant trifocal corrigeant la presbytie, l’équipe R&D développe aussi avec le CSL un implant torique corrigeant l’astigmatisme ainsi qu’un implant trifocal torique corrigeant les deux, en plus de la cataracte.

Le succès est immédiat et permet à PhysIOL de prendre son envol à l’international. En outre, un accord de cross-licensing avec le géant allemand de l’optique Zeiss partage l’exclusivité de cette technologie et dope sa croissance. En 2016, PhysIOL a vendu très exactement 238.973 lentilles intraoculaires et prévoit d’en vendre 20% de plus en 2017 ! Tout cela à partir du site de production de l’entreprise également installé dans le Scientific Park de Liège au Sart-Tilman dans un bâtiment voisin des bureaux.

Plus de 60% de la production sont destinés à l’exportation hors Belgique et France. Pour assurer la commercialisation de ses produits, laspin-off liégeoise devenue grande a ouvert en 2001 une filiale commerciale à Toulouse où travaillent actuellement 24 personnes qui viennent compléter l’équipe liégeoise de 123 personnes.  

En décembre dernier, elle a acquis la société suédoise Alyko Medical AB, qui distribuait déjà sa gamme d’implants ophtalmologiques en Scandinavie depuis 2011. Cette intégration plus que prometteuse pour les deux partenaires va renforcer et développer leur présence en Suède, Norvège, Danemark, ainsi qu’en Finlande ou en Islande. L’équipe suédoise compte actuellement 8 personnes.

Depuis le rachat de la société par Marc Nolet, le chiffre d’affaires est passé de 1,5 à 40 millions d’euros et le personnel a décuplé. PhysIOL est aujourd’hui considérée par le monde médical comme l’un des trois leaders mondiaux en la matière (la concurrence est allemande et américaine) et ses activités ont été récompensées l’an dernier par le Prix Gazelles – Grandes entreprises décerné par Trends Tendances ainsi que par le Grand Prix wallon à l’exportation de l’Agence wallonne à l’exportation (Awex).  

Enfin, parmi les perspectives 2017, la société va développer de nouveaux réseaux de distribution au Brésil, au Canada et à Taïwan. Osons le dire, PhysIOL voit loin ! 

www.physiol.eu

CHIFFRES CLÉS
155 collaborateurs en 2017 (123 à Liège, 24 à Toulouse et 8 à Bjärred en Suède), intérimaires et agents inclus.
238.973 lentilles vendues en 2016.
60% de la production est exportée hors Belgique et de France.
90% des 40 000 000 € du chiffre d’affaires de 2016 sont issus de produits brevetés.

La Newsletter

Your opinion counts