Waw magazine

Waw magazine

Menu
©  Thales Alenia Space

Thales Alenia Space Belgium

  • Business
  • / Dossier
  • / Économie
Hainaut  / Charleroi

Par Christian Sonon

Thales Alenia Space  est la plus grosse entité du spatial en Belgique. L’entreprise est le principal fournisseur d’électronique de bord de la fusée Ariane 5. Forte de sa croissance actuelle à Charleroi, elle s’implante en Région flamande pour y produire des panneaux photovoltaïques.


Distribution de l’électricité à bord, pilotage des tuyères pour maintenir la fusée sur sa trajectoire, calcul de la position de la fusée dans l’espace et séparation de ses étages et de la coiffe de protection des satellites durant le vol… Plus de la moitié de l’électronique de bord d’Ariane 5 est conçue et fabriquée par Thales Alenia Space Belgium. Et la longue histoire avec le lanceur européen continue, puisqu’il est d’ores et déjà acquis que c’est la société carolorégienne qui fournira la chaine de sauvegarde pour Ariane 6 dont le vol inaugural est prévu en 2020. « C’est un système qui permet à la fusée, si elle dévie de sa trajectoire, de la faire retomber dans l’océan et non sur des zones habitées », explique Jean-Pol Castiaux, le directeur des projets. « C’est un premier contrat que nous avons obtenu l’an dernier, mais nous espérons en décrocher d’autres prochainement. »

De nouvelles salles blanches

Avec une hausse d’emplois de plus de 40% et un chiffre d’affaires qui a doublé en trois ans, la trajectoire de l’entreprise incite à l’optimisme. Il faut dire que celle-ci s’est toujours montrée attentive à l’évolution du marché et a su répondre au changement de pratiques qui ont peu à peu envahi le secteur spatial. Parmi celles-ci, l’introduction du numérique qui constitue une véritable technologie de rupture dans les équipements, mais aussi, en collaboration avec les centres de recherche et les universités, le développement de composants microcontrôleurs, ce qui lui a permis d’accéder au marché de l’avionique (équipements embarqués). « Pour nous permettre d’assurer notre croissance, nous avons également investi, avec l’aide des pouvoirs publics, dans huit nouvelles cuves à vide spatial et dans la modernisation, l’agrandissement et la construction de salles blanches ou chambres propres. Nous avons aujourd’hui 5 650m2 de salles blanches interconnectées », précise le directeur.

Une industrie 4.0 à Hasselt

Après avoir ouvert un site de microélectronique à Louvain en 2014, l’entreprise a décidé de construire une usine à Hasselt afin de se lancer, dès 2018, dans l’assemblage de cellules photovoltaïques pour en faire des panneaux solaires pour satellites. Une production qui aura la particularité d’être automatisée, numérisée, robotisée… « Cette industrie 4.0 sera unique en Europe », précise Jean-Pol Castiaux. « Il s’agit pour nous d’une activité de diversification. Notre ambition est de devenir le fournisseur du groupe et même un fournisseur extérieur. Vingt emplois seront créés au départ, puis une cinquantaine dans les années à venir ».

 

FICHE D’IDENTITÉ

NAISSANCE
C’est en 1963 que les ACEC (Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi) créent la société ETCA (Etudes Techniques en Constructions Aérospatiales) qui donnera naissance à Thales Alenia Space ETCA, devenue aujourd’hui Thales Alenia Space Belgium (filiale à 67% du français Thales et à 33% de l’italien Leonardo)
IMPLANTATIONS
Charleroi, Louvain et Hasselt (en 2018)
PERSONNEL
850
CHIFFRE D’AFFAIRES DU GROUPE
(de l’ensemble des filiales de Thales Alenia Space) : 2,4 milliards d'euros (2016)
PRINCIPAUX CLIENTS
La société est leader mondial en système de gestion d’énergie à bord des lanceurs Ariane 5 et des satellites. Exemples de satellites : Cosmo-SkyMed et Göktürk-1 (observation), Galileo (navigation), Iridium, Globalstar, O3b… (télécommunication).

La Newsletter

Your opinion counts