Waw magazine

Waw magazine

Menu
© Technofutur Industrie

Un outil de soutien à l'industrie wallonne

  • Dossier
Hainaut  / Gosselies

Par Waw

Au niveau de la formation, le secteur de l’industrie technologique est particulièrement gâté puisqu’il bénéficie, dans l’aéropole, de deux acteurs de développement : Technofutur Industrie (TFI) et le campus technologique. Les deux sont étroitement liés.

Né en 2005 d’un partenariat public-privé (Forem Formation, Agoria Hainaut-Namur, FGTB Metal et CSC Metal), reconnu comme centre de compétence par la Wallonie, l’asbl Technofutur Industrie a pour mission d’assurer des actions de formation et de sensibilisation aux différentes technologies présentes dans l’industrie et à l’attention de tous les publics : entreprises, écoles et demandeurs d’emploi. Grâce à une équipe formée de 54 collaborateurs permanents et de plus de 80 consultants externes, le centre offre un volume de formations de l’ordre de 350 000 heures par an. Il est composé de quatre départements répartis sur plusieurs implantations et 10 000 m2 et couvre plus de vingt-cinq domaines, des thermoplastiques à l’informatique industrielle, en passant par la DAO, l’électrotechnique, la gest ion de product ion, la métrologie…

« Une autre particularité est la qualité des équipements dont le centre a pu se doter grâce au soutien des fonds sectoriels, régionaux et européens, souligne Christian Eymael, chargé de communication chez TFI. À ce niveau, Technofutur Industrie est l’un des seuls à disposer de plusieurs “miniusines”, outils de synthèse performants sur lesquels les stagiaires en formation sont confrontés à de vrais processus industriels complets. » Installée depuis 2002 dans l’aéropole, site qui a contribué à lui donner une image de marque tout en lui assurant une position stratégique au centre de l’Europe, la société Ecoplast Technology, anciennement connue sous le nom de Car Styling, a conquis une place de leader mondial sur le marché des accessoires automobiles grâce à un procédé technologique unique et breveté, l’Ecoplast System. « L’Ecoplast System est une procédure d’injection polyuréthane basse pression qui permet de faire des moules en résine et non plus en aluminium, explique Bernard Gonsette, qui dirige la société avec Éric Vanhamme. Grâce à cette technologie, le produit a les mêmes qualités qu’une injection haute pression mais son coût est nettement moindre. Et comme nous ne travaillons pas en sous-traitance mais que nous faisons tout nous-mêmes sur un site unique, depuis la conception jusqu’à la fabrication, nous sommes très concurrentiels. » Particularité d’Ecoplast Technology : alors que les produits « made in Asia » déferlent en Europe, une partie de plus en plus importante des ailerons, spoilers, contours d’enjoliveurs et autres supports de phares fabriqués par la société carolorégienne met le cap sur les pays émergents comme l’Iran, la Russie, la Turquie, le Brésil… « C’est Renault, notre partenaire depuis toujours, qui nous a ouvert ce marché, précise le responsable. Il s’agit d’un marché de niche. Ces accessoires ne sont pas installés sur les modèles d’origine, mais ils permettent aux différents fabricants de créer des séries spéciales. »

Le campus technologique : de veritables villages de formation

Si Technofutur Industrie est un premier outil pour améliorer la compétitivité de nos entreprises, il fallait aller plus loin. L’histoire du campus technologique est née d’une combinaison de quatre éléments : un objectif, un constat, une stratégie, une idée novatrice. L’objectif ? Répondre aux grands défis économiques de la région : le chômage, la faible qualification des jeunes, un faible attrait pour les métiers techniques et la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée qui en résulte. Le constat ? L’offre de formation était fragmentée et les capacités actuelles, comme celles de TFI, en voie de saturation. La stratégie ? Se grouper pour bénéficier de synergies et minimiser les coûts. L’idée novatrice : réunir dans un même espace tous les acteurs de la formation dans le domaine de l’industrie technologique et d’y associer – c’est là l’innovation – les opérateurs de tous les réseaux d’enseignement et niveaux de qualification, depuis le technicien à l’ingénieur. « Ce centre d’envergure s’adresse à toutes les tranches d’âge de la population, explique Éric Robert, le président de la Task Force Campus Technologique. Il propose de la formation en continu pour le personnel d’entreprises désirant se perfectionner et une formation pour les étudiants via des partenariats avec l’enseignement secondaire technique etprofessionnel, et l’enseignement supérieur technique (la Haute École Louvain en Hainaut et la Haute École Provinciale du Hainaut Condorcet). »

À terme, le campus technologique de l’aéropole se composera de plusieurs villages ou bâtiments. « Deux villages sont déjà opérationnels, depuis environ un an : celui de la plasturgie, c’est-à-dire la fabrication de produits en matière plastique, et celui de l’usinage, qui regroupe un parc de plus de 50 machines de tournage et fraisage conventionnel et numérique, précise Christian Eymael. D’autres sont en cours de construction pour les métiers de l’assemblage, de la maintenance et de la mécatronique. »

D’ici peu, les bâtiments destinés à l’enseignement, aux hautes écoles de la province et aux universités (ULB, UMons et UCL) seront également en construction. Dans cet ensemble, TFI fera partie intégrante du campus. « Nous pourrons ainsi proposer un vaste panel de formations qui vont du niveau de base à la spécialisation. » ■

 

Renseignements: 

http://www.technocampus.be/

À lire aussi

La Newsletter

Your opinion counts