Waw magazine

Waw magazine

Menu
© Ricardo de la Riva

C’est l’Doudou…

  • Patrimoine
  • / Patrimoine
Hainaut  / Mons

Par Jean-Pierre Ducastelle

Mons célèbre chaque année sa ducasse à la Trinité, huit jours après la Pentecôte. Cette procession, dont la prochaine édition se déroulera le 26 mai, remonte au XIIIe siècle. L’origine du Lumeçon est attesté venir de la fin du Moyen Age.

Le début des cérémonies est marqué le samedi à 20 heures par la descente à la collégiale Sainte-Waudru de la lourde châsse de 350 kilos. Les autorités civiles et religieuses sont présentes avec toute la population, pour escorter les précieuses reliques jusqu’au centre du transept. Le clergé en confie la garde au Bourgmestre. Le lendemain, la châsse est exposée sur le Car d’Or et défile dans la procession1.

1 La Ducasse de Mons est reconnue chef-d’oeuvre du patrimoine immatériel par la Fédérat ion Wallonie- Bruxelles et l’Unesco.

Le dimanche, la remontée de la rampe Sainte-Waudru vers 12 heures est un des grands moments de la matinée. Les six chevaux sont aidés dans leur effort par la foule qui « pousse au cul du car » afin que la remontée se déroule en une seule traite. Ce coup de collier va permettre d’acheminer le char jusqu’à l’entrée de la collégiale où il est accueilli au son des trompettes thébaines. Gare ! En cas d’échec…

Son aspect actuel est dû à l’action du chanoine Edmond Puissant (1860-1934, archéologue montois) qui, après la célébration du centenaire de la Belgique, a fait de cette sortie un événement historique et religieux. Dès 10 h du matin, une soixantaine de groupes colorés et recueillis défilent selon un itinéraire traditionnel au coeur de la cité, de la collégiale Sainte-Waudru à la Grand-Place, pour revenir au point de départ vers midi. Les 1500 figurants montrent les emblèmes de la cité, les symboles des paroisses montoises, les représentations des anciennes confréries ou de leur saint protecteur, les chanoinesses de Sainte-Waudru, la figuration de la famille de la sainte et des personnages en rapport avec sa vie.

Le Car d’Or est l’élément le plus caractéristique de la procession. Dès le XIVe siècle, la châsse de sainte Waudru est transportée sur un car. L’actuel remonte à 1781, à la fin de l’Ancien Régime. Il a été réalisé par les sculpteurs Ghienne et Midavaine. Mesurant 5,80 mètres sur 2,40 mètres, il pèse deux tonnes à vide. Avec ses angelots et son décor floral stylisé, il est bien représentatif du style Louis XVI. Quant à la châsse, détruite à l’époque française, elle a été ciselée en 1887. Depuis les circulaires du gouvernement hollandais en 1819, le combat de saint Georges n’est plus représenté dans la procession mais il se déroule après la rentrée du Car d’Or.

Saint Georges

12h25, le dragon, alors posé contre le choeur de l’église à l’extérieur, est déplacé par les Hommes Blancs. Tous les acteurs se mettent en branle, les policiers et les responsables s’organisent pour retenir la foule, les pompiers tirent une première salve, l’air du Doudou retentit. La descente de la rue des Clercs, véritable début du combat dit Lumeçon peut commencer. Une place noire de monde attend les acteurs et l’entrée dans l’arène se fait dans une grande joie collective.

Saint Georges est le héros du combat. Le saint mythique, d’origine orientale, est honoré ici dès la fin du XIVe siècle et vers 1440-1441, le jeu de saint Georges est représenté au théâtre. Il figure dans la procession dès le XVe siècle avec le dragon et la pucelle. Au XVIIIe siècle, il est personnifié par le chevalier médiéval, Gilles de Chin, qui aurait terrassé en 1133 un dragon qui ravageait le Borinage.

Aussitôt dans l’arène (le rond), saint Georges en fait le tour en exécutant des moulinets avec sa lance et le combat peut commencer. Trois fois, le monstre va renverser les Chinchins. À trois reprises également, saint Georges s’empare de la queue du dragon et fait un tour du rond avec celle-ci. À ce moment, les Chinchins attaquent leurs adversaires. Régulièrement, le dragon donne des coups de queue dans le public et ramone les spectateurs. Ceux-ci en profitent pour s’emparer des crins de la queue qui portent bonheur. Les Chinchins et les Diables sautillent ou chantent au son de la musique. Les premiers font sonner leur collier tandis que les seconds font des moulinets avec leur vessie en frappant sur le sable de l’arène.

Lorsque saint Georges casse sa lance, le Chinchin qui lui sert de garde du corps (dit protecteur) va lui chercher une nouvelle lance. Pendant ce temps, le chevalier continue le combat au sabre et donne un coup sur la queue, un autre sur la gueule ou le dos du monstre. Les Diables tentent d’empêcher le Chinchin protecteur de remettre la nouvelle lance à son maître. Tous les Chinchins vont aider celui-ci. À 13 heures, saint Georges tue le dragon de trois coups de pistolet (un raté, deux réussis). Une fois la bête morte, les Chinchins vont à la curée.

Au cours des cinquante dernières années, le Lumeçon a connu un dynamisme nouveau avec la volonté d’assurer une meilleure organisation du rituel, une augmentation du nombre des participants et une amélioration des liens avec la procession. La dernière innovation est destinée à donner une place à la femme au sein du combat. Depuis le début du troisième millénaire, deux jeunes femmes, Cybèle (la cité ancienne) et Polyade (la cité nouvelle) sont venues s’ajouter aux personnages traditionnels et ont leur place dans le rituel.

 

En quelques mots…

Le dragon est en osier avec une armature de bambou. Il est recouvert de toile peinte et mesure 9,30 mètres. D’une longueur de 5 mètres, sa queue était traditionnellement en frêne. En 2002, le bois a été remplacé par des fibres de carbone, matériaux contemporains étudiés à la Faculté Polytechnique, mis au point dans une entreprise de Froidchapelle. Ce matériau léger et résistant a permis d’alléger le dragon de 26 kilos à la satisfaction des Hommes Blancs qui manipulent ce monstre de plus de 150 kilos. Un porteur s’installe à l’intérieur et est aidé par dix autres. Ceux-ci portent des rubans rouges et sont coiffés d’un bonnet blanc.

 

Renseignements

Maison du Tourisme
Grand-Place, 22
B-7000 Mons
+32 (0)65 33 55 80
ot3@ville.mons.be
www.mons.be
http://ducassedemons.info

À lire aussi

La Newsletter

Your opinion counts